Conflit en Ukraine

Prêtres et laïcs de la paroisse de Vézelay 3 Mars 2022

Alors que nous entrons dans le Grand Carême, nous appelons tous nos frères à entreprendre ensemble une démarche de repentir et de réflexion sur ce qui a pu conduire à cette guerre.
Nous prions pour le peuple d’Ukraine dont le pays a été envahi et qui lutte pour sa liberté. Nous prions pour ceux qui souffrent et ceux qui sont forcé à l’exil.
Nous prions pour le peuple russe victime de la folie de leur dirigeant et pour ceux qui s’opposent à cette guerre et, qui, au prix de leur liberté, manifestent leur désaccord.
Nous appelons instamment les responsables religieux, et le patriarche Cyrille auquel nous avons écrit, en particulier, à user de toute leur autorité morale pour faire cesser cette guerre fratricide et prions avec ferveur le Seigneur pour un retour rapide à la Paix en Ukraine.

Voici quelques liens pour apporter une aide concrère au peuple d’Ukraine :
Pour envoyer du matériel médical :
- United Help Ukraine :
https://www.facebook.com/donate/337101825010055/

- Sunflower of Peace : https://www.facebook.com/donate/507886070680475/ Pour aider les enfants touchés par la guerre :
- Voices of Children : https://voices.org.ua/en/

Des organisations supplémentaires :
- Heart2Heart de Nova Ukraine, qui rassemble des packs de soins.

https://novaukraine.org/ – Comité international de la Croix-Rouge, https://www.icrc.org/…/wher…/europe-central-asia/ukraine

Sermon pour la Paix de père Nikolai T.

Chers frères et sœurs,

Les paroles que je vous adresse aujourd’hui résonnent dans un contexte très particulier. Comme vous tous, j’ai été profondément choqué par l’invasion armée de l’Ukraine par la Russie. Beaucoup d’entre nous ont des amis, de la famille en Russie ou en Ukraine, notre cœur est meurtri par l’angoisse, les divisions, l’incompréhension.
Face à cette terrible tragédie de la guerre, dans laquelle des frères attaquent leurs frères, nous regardons les combats depuis la France, avec le sentiment d’une terrible impuissance. Comment arrêter l’irréparable, alors que chaque jour apporte des nouvelles de plus en plus terribles ?
Au cours des dernières années, l’humanité entière s’est unie pour lutter contre le fléau de la pandémie, la communauté médicale a fait preuve de solidarité pour inventer et diffuser des vaccins, les peuples sont restés soudés face à un ennemi commun. Et voilà qu’aujourd’hui, la fraternité s’écroule et la guerre surgit entre des peuples aussi proches que les Russes et les Ukrainiens, la discorde divise familles et amis qui ne partagent plus la même réalité.
Quel regard porter sur cet échec collectif, pour nous chrétiens ?

Je voudrais relire avec vous la vie du Christ d’un point de vue purement humain. C’est un échec total. Il est venu sur la terre, mais les foules qui l’adoraient un jour ont appelé, le lendemain, à le crucifier. Ses amis les plus proches l’ont presque tous abandonné, l’un l’a même trahi et vendu. Il a été mis à mort comme un bandit. Lui qu’on avait vu comme un libérateur, il n’a pas chassé la puissance occupante : au contraire, le Temple de Dieu a été détruit peu après sa mort, et le peuple d’Israël a été dispersé dans l’exil. Lui qui était le Messie d’Israël, les Juifs sont restés, pour la plupart d’entre eux, sourds à son message. Voilà l’état d’esprit des pèlerins d’Emmaüs qui commentaient l’actualité en marchant dans le crépuscule.


Nous sommes semblables à ces pèlerins d’Emmaüs qui ne comprenons pas comment Dieu a pu nous laisser dans une telle détresse.
Où est Dieu, quand les missiles tombent sur Kiev ?
Pour moi, la seule réponse possible est de contempler la Croix. Le Christ a pris notre humanité jusqu’à accepter l’horreur du Golgotha. Qui oserait accuser d’indifférence le Dieu qui a pris sur nous, dans sa chair, la souffrance et la mort, pour nos péchés ?
Et la mort n’a pas eu le dernier mot. A ceux qui sont restés fidèles sans rien comprendre ni rien espérer, aux femmes qui se sont levées à l’aube pour aller prendre soin du corps d’un mort dont elles n’espéraient pas la résurrection, le Christ est apparu. Aux disciples d’Emmaüs qui se lamentaient de l’échec du prophète Jésus, le Christ a expliqué les Ecritures et s’est révélé comme le Ressuscité.


Où est le Christ ? L’Evangile d’aujourd’hui le dit. Il est avec ceux qui prennent soin des pauvres, des malades, des mourants et des morts, sans savoir que c’est le Christ qu’ils servent en faisant cela. Il est toujours auprès de ceux qui souffrent, et de ceux qui prennent soin des affligés.
Chers frères et sœurs, cette épreuve est aussi une épreuve pour notre foi. Alors que nous prenons conscience de notre impuissance, c’est là que nous n’avons plus d’autre recours que de nous tourner vers Dieu. Comme Il l’a dit à l’apôtre Paul : « ma grâce s’accomplit dans la faiblesse ». Et Paul ajoute alors, en écrivant aux Corinthiens : « C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour le Christ ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort. »

Que le Dieu de la paix qui surpasse toute intelligence nous prenne en pitié, et qu’Il donne au monde Sa paix.

Prière pour la Paix pour nos vêpres et matines

Prière pour la paix rédigée par Ирина Языкова :

Ô Dieu de paix, très bon et plein de miséricorde, nous t’implorons du fond de nos cœurs : dans ta miséricorde et ta puissance, préserve les nations de la discorde et de la guerre, protège les pays terrestres de la ruine et de la désolation ; daigne accorder à tous les hauts dirigeants des dispositions pacifiques, entoure-les de conseils et des conseillers qui construisent la paix et aiment plus que tout la vérité et la miséricorde. Donne-nous d’obéir à ta parole, afin que nous n’oubliions pas que tu as dit : « Bienheureux les artisans de paix ». Père bien-aimé, Fils miséricordieux, Esprit Saint de toute bonté, arrête et empêche la guerre, car les forces humaines sont trop faibles, et les esprits sont tournés vers le péché. Seigneur, fais cesser la guerre !

Amen.

Ô Dieu de paix, très bon et plein de miséricorde, nous savons et reconnaissons quel grand bien et quel précieux trésor est la paix, sans laquelle il ne peut y avoir ni bénédiction ni succès dans aucun pays, mais seulement ruine, malédiction et malheur. Nous Te supplions du fond de notre cœur, dans Ta miséricorde et Ta puissance, éloigne les dirigeants des nations de la discorde et de la guerre, et préserve leurs territoires de la ruine et de la désolation ; inspire à tous les dirigeants des dispositions pacifiques, entoure-les de conseils et des conseillers qui construisent la paix et aiment plus que tout la vérité et la paix. Accorde-nous d’obéir à ta parole et aux autorités établies sur nous, afin de ne pas rejeter hors de nous-mêmes cette précieuse paix. Père bien-aimé, fais que nous demeurions dans la paix, car tu n’es pas un Dieu de discorde, mais un Dieu de paix. Accorde-nous d’avoir la paix entre nous, afin que tu puisses, ô Dieu de paix et d’amour, demeurer avec nous. 

Amen.